Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon bazar (ré) créatif

Mon bazar (ré) créatif

Voyages, collages, photographies, peintures, poésie urbaine, textes...

Street Art à Copenhague

 


Le choix de la première image pour présenter ce que j'ai pu saisir de l'art de rue à Copenhague fut difficile tant de possibilités m'étaient offertes. 
J'ai choisi la facilité avec cette affiche trônant à l'intersection des rutilantes artères, Vertesbrogade et H.C. Handersen boulevard.


Et comme à chaque début, il est traditionnellement admis une suite, je vous propose de découvrir l'immense dynamisme artistique qui s'exprime sur les murs du quartier de Christiania, au coeur de Copenhague.






















Sortir de Christiania
Découvrir au hasard de la ballade
D'autres très beaux exemplaires 
Offerts par la galerie urbaine
A ciel ouvert.


Aux yeux fatigués,
En sous titre sous ce portrait :
"Do you see her ?"






Qui sont les auteurs
De ces obsessions animales (animalières)
et de pièces de maître ?
De la joie j'aurais à les nommer
Qu'ils n'hésitent pas à se manifester.



Le bon goût n'est pas toujours au rendez-vous
Il y a sûrement un public !
Là pas contre, c'est signé.
Sûrement un exhibitionniste.


Et quand certains préfèrent rester anonymes,
d'autres ne font que signer leur passage.




Amager, quartier résidentiel,
Sud de Copenhague.
Travaux,
Longue palissade
Eloge de la façade.










Au bout de la palissade,
une galerie d'art,
des artistes jouent au foot.



D'autres murs, d'autres quartiers.






















Sur les murs
on peint
on écrit
on colle
on racolle







Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Laurent 15/01/2010 21:48


Ces murs témoignent des expressions et des idéaux de notre époque ! Belle ballade...


passantepensante 30/12/2009 16:23


c'est superbe, merci.
B.


Antonella Fiori 06/11/2009 21:59


Que de merveilles Jennifer ! Merci ! Merci !
J'ai une amie qui vient de s'installer à Copenhague !
Sûr que je vais aller la voir !
Bien à toi
Antonella


Mohamed 06/11/2009 21:30


« Le mur se dresse tel un défi. Protecteur de la propriété, défenseur de l'ordre, il reçoit protestations, injures, revendications et toutes les passions, politiques, sexuelles ou sociales. La
Révolution française commença par détruire un mur, celui de la Bastille. Les journaux, les affiches n'ont pu supplanter les écritures murales. Un mot tracé à la main, en lettres immenses, a une
emprise que n'aura jamais une affiche. Animé encore de l'émotion ou de la colère du geste, il hurle, barre le chemin. »

Brassaï, Graffiti, éd. Flammarion